L'amour et la peur

Êtes-vous motivé par l’amour ou par la peur?

Toute action humaine est motivée au plus profond d’elle-même par deux émotions : la peur ou l’amour. En vérité, il n’y a que deux émotions – seulement deux mots dans le langage de l’âme…. La peur enveloppe notre corps dans des vêtements, l’amour nous permet de nous tenir nus. La peur s’accroche à tout ce que nous possédons et s’en empare, l’amour donne tout ce que nous possédons. La peur s’agrippe, l’amour embrasse. La peur s’accroche, l’amour lâche. La peur énerve, l’amour apaise. La peur attaque, l’amour répare. – Neale Donald Walsh (Conversations avec Dieu)

Le processus qui consiste à guérir une personne d’une maladie commence par le diagnostic ; c’est l’identification de la cause de la maladie et celle-ci se fait en 3 étapes : 1. Identification des symptômes, 2. Les examens (tests d’échantillons prélevés ou observation à l’aide d’outils médicaux) et 3. Analyse et interprétation des résultats. 

Au fil des années, j’ai appris à appliquer le même processus dans la prise de décisions importantes dans ma vie. Je parle évidement des situations où on est face à un choix important et on a du mal à discerner le bon du mauvais.  

La différence ici est la suivante : les maladies sont diverses et ont des multitudes de causes, alors que les décisions humaines sont diverses, mais ne sont causées ou motivées à la base que par deux émotions : l’amour et la peur. Alors avant de prendre une décision importante je me pose toujours la question « est-ce que je suis en train de le faire par amour ou par peur » ? Si je le fais par amour je suis sur la bonne voie, si je le fais par peur, je suis sur la mauvaise voie. Cette formule m’a aidé à vivre quasiment sans regrets pendant la plus grande part de ma vie adulte, à quelques exceptions près. 

Mais il faut bien comprendre une chose, l’amour et la peur dont je parle sont en réalité la face et le revers de la même pièce ; l’un n’existe pas sans l’autre. Alors il ne s’agit pas ici d’analyser superficiellement les motifs de nos actions, mais plutôt d’en rechercher la motivation psychique profonde. Agir par amour ne signifie pas que la peur n’était pas de la partie, mais simplement que votre amour pour quelque chose ou quelqu’un vous a permis de surmonter la peur qui vous faisait entrave. C’est aussi ça la définition du courage : Ce n’est pas l’absence de peur, mais c’est agir en dépit de la peur. 

Lorsque vous dites pour la première fois à quelqu’un que vous l’aimez par exemple, votre première émotion est une anxiété soudaine pendant une fraction de secondes, car vous ne savez pas si la personne vous le dira en retour. Vous avez agi par amour, mais la peur était bien présente elle aussi. Dans beaucoup de cas, cette peur prend le dessus et vous empêche d’exprimer ce que vous ressentez réellement. Vous le gardez alors dans votre cœur, de peur d’être blessé ou rejeté et vous finissez par enterrer ce sentiment au plus profond de vous…ou du moins, vous essayez.  Mais en réalité en succombant à la peur, vous vous condamnez à une vie malheureuse. 

Je vous donne un autre exemple, imaginez que vous devez faire un choix entre Jean et Paul. D’une part,  Jean vous aime follement, vous le savez parce qu’il vous l’a dit et vous le sentez vous-même ; et vous aimez bien Jean aussi. D’autre part, vous avez aussi le sentiment que Paul vous aime, mais vous n’en êtes pas entièrement sure car il ne l’a jamais dit ; par contre vous êtes certaine d’une chose : vous êtes follement amoureuse de Paul. Que faites-vous ? Vous choisissez Jean parce qu’avec lui vous savez que vous êtes aimée, donc pas de peur d’être blessée ? ou vous choisissez Paul parce que vous écoutez votre amour, au risque d’être blessée ?

Nous sommes confrontés à ce dilemme presque dans chaque expérience de notre vie, au boulot, dans la vie sociale, et même dans les choses les plus mondaines. En effet, beaucoup restent prisonniers de leur emploi non pas par amour pour celui-ci, mais par peur ; la peur de se retrouver sans source de revenu, une peur parfaitement normale mais qui, tout de même, nous condamne à une vie malheureuse.   

On retrouve cette paire d’émotions même dans la religion à travers la transposition de la relation père-enfant à la relation Dieu-Humain. On nous enseigne que Dieu est à craindre, mais on nous dit aussi qu’Il est amour. Dieu est un Dieu d’amour, si on respecte ses commandements on ira au paradis, mais si on viole ces commandements, il nous punira en nous bannissant en enfer pour l’éternité, à moins de se repentir. Cela ne ressemble – t- il pas à notre relation avec nos parents ? Je t’aime mon enfant, mais si tu fais des bêtises je devrais te punir, t’enseigner une leçon…pour ton propre bien. C’est ce que les psychologues appellent le renforcement positif et le renforcement négatif. Ou plus simplement, la théorie de la carotte et du bâton. Le renforcement positif (la carotte) consiste à récompenser les bons actes et ainsi démontrer qu’il y a des avantages à bien agir, alors que le renforcement négatif (le bâton) consiste à réprimander les mauvais actes et ainsi, démontrer que le salaire du péché est la souffrance.  

Parce que cette façon de concevoir la peur et l’amour nous est inculquée depuis notre enfance et continue d’être martelée dans notre subconscient à l’âge adulte, nous l’appliquons automatiquement dans chaque chose que nous faisons. Certains sont vertueux de peur d’aller en enfer, alors que d’autre le sont par amour véritable de leur prochain. Le résultat vu de l’extérieur est le même, mais dans les consciences des deux individus, il y a une énorme différence. Le premier n’est pas véritablement heureux car il agit par peur, bien que la plupart des gens apprennent à vivre avec ce poids et finissent par se convaincre qu’ils n’y peuvent rien. Alors que le second est comblé et animé d’un sentiment de plénitude qui est mieux compris vécu, plutôt qu’expliqué.  

La différence entre vivre une vie heureuse et vivre une vie malheureuse réside par conséquent dans l’émotion qui est prédominante dans notre vie.  Qu’est-ce qui motive vos actes, l’amour ou la peur ? 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/sijevous/public_html/wp-includes/functions.php on line 4556